Interview d’Elodie Tirel, auteur Fantasy et Science-fiction pour la jeunesse !

Nous sommes ravis aujourd’hui de vous donner à lire une interview d’Elodie Tirel, auteur de nombreux romans et séries pour la jeunesse telles que L’Elfe de Lune, Zâa, E-Den et bien d’autres !

E-Den
E-Den – Editions Michel Quintin

DLivresDActus : Bonjour Elodie, à l’occasion de la sortie prochaine du tome 2 d’É-Den (le 16 octobre), votre nouvelle série science-fiction, vous avez bien voulu nous accorder une interview pour Des Livres et des Actus, ce dont nous vous remercions vivement ! Pour commencer pouvez-vous nous dire d’où vous vient cette passion pour la Fantasy et la Science-fiction ?

Elodie Tirel : J’adore depuis très longtemps la littérature fantasy, les films fantastiques mais surtout les jeux de rôles sur ordinateur ou console. Le dernier que je viens de terminer est Skyrim. J’ai beaucoup aimé l’histoire, le graphisme et la beauté des paysages. Je suis fan !!

DLDA : Quand avez-vous senti qu’il était temps pour vous d’écrire ?

E.T. : En novembre 2004, après avoir dévoré des tonnes de romans pour ados, je me suis lancé le défi d’en écrire un à mon tour. En février 2005, il était terminé et j’étais plutôt contente du résultat. Depuis ce jour, j’ai toujours une idée en tête, un scénario en cours et un livre sur le grill !

DLDA : Cela a-t-il été facile ou avez-vous rencontré des difficultés ?

E.T. : Pour moi, écrire est facile. C’est comme une passion que je réalise avec plaisir et sans jamais de stress. Je prépare mon scénario dans son intégralité puis, portée par l’inspiration du moment, je me lance et j’écris chapitre par chapitre les aventures de mes héros.

DLDA : Votre célèbre série L’Elfe de Lune, qui s’est vendue à plus de 100 000 exemplaires, connait toujours un véritable succès ! Comment avez-vous forgé le personnage de Luna et les mondes dans lesquels elle évolue ?

E.T. : En fait, 150 000 exemplaires 😉 et je suis ravie de ce succès incroyable !

C’est clair qu’il est dû à mon héroïne, Luna, qui a beaucoup de charisme et qui a tout pour faire rêver les lecteurs. Elle est jolie, intelligente, intrépide, courageuse, altruiste, mais elle a également des défauts, impatiente, têtue, bornée parfois et déteste recevoir d’ordres. Par ailleurs, le tandem qu’elle forme avec Elbion fascine les filles tandis que les garçons préfèrent en général le côté sombre de l’aventure avec Darkhan, le guerrier elfe noir, et les combats souvent sanglants. Mais ce qui fait la force de mes romans, je crois, c’est le scénario toujours plein de surprises, de suspens et le dénouement final auquel les lecteurs ne s’attendent jamais. J’adore les surprendre !!

Pour ce qui est des mondes, j’essaie (malgré les 12 tomes !! ) de varier les paysages, les cités, les lieux afin de ne pas lasser mes lecteurs. J’aime les emmener ailleurs et les faire voyager avec moi, sur terre, sous terre, dans les airs et même sous l’eau !

DLDA : Le personnage de Zâa, quant à lui, est masculin : quel effet cela fait-il de passer d’une héroïne à un héros ?

E.T. : J’aime le changement et c’était donc plutôt agréable, mais je suis habituée à jongler avec mes héros et héroïnes car dans chaque série, il y a des personnages masculins et féminins forts ; Luna /Darkhan puis Luna / Kendhal ; Zâa / Nycée ; É-Den / Siméon dans ma dernière saga.

DLDA : Parlons d’É-Den à présent : la catastrophe apocalyptique qui a frappé la Terre a forcé une poignée d’humains à se réfugier dans une vaste cité souterraine. D’où vous est venue l’idée de Renaissance ?

E.T. : Je crois que les cités de Xyphos (Zâa) et de Rhasgarok (Luna) sont déjà des ébauches de Renaissance. La ville souterraine est un de mes thèmes de prédilection !! En réalité, j’adore les grottes, les souterrains et dès que j’ai l’occasion d’en visiter je fonce ! J’aurai adoré faire de la spéléologie… Alors naturellement, comme l’univers souterrain me fascine, je le replace dans mes romans.

L’idée de Renaissance, cette immense cité antiatomique, m’a semblé être un excellent point de départ pour cette nouvelle aventure futuriste. Tout commence sous terre parce que les Elus prétendent qu’à la surface l’air n’est pas respirable… on verra qu’il n’en est rien…

DLDA : É-Den, comme Luna, a des origines complexes : la première est la fille de deux êtres unis par la haine et la seconde a été élevée par une meute de loups. Est-ce cela qui les pousse à réaliser toutes ces extraordinaires aventures ?

E.T. : Je pense qu’au départ, mes héroïnes sont des jeunes filles ordinaires. Luna est une sauvageonne qui vit, insouciante, dans une meute de loup, É-Den une petite « intello » solitaire qui n’arrive pas à se faire des amis. Puis, un jour, tout bascule. Le drame, le mensonge, la mort ou la trahison les poussent à se révéler et elles deviennent, presque malgré elles, des êtres d’exception au destin incroyable.

DLDA : É-Den se serait-elle bien entendu avec Luna ?

E.T. : Je pense que oui, elles se seraient bien entendu car elles ont la même force de caractère, le même courage et la même détermination, mais je pense que leur rencontre aurait pu faire des étincelles voire être explosive avant que se noue entre elles une solide amitié.

DLDA : La série L’Elfe de Lune compte 12 tomes et Zâa en compte 6. Pourquoi avoir choisi la structure de la trilogie pour votre nouvelle série ?

E.T. : En réalité, j’étais lancée pour une série É-Den en dix ou douze tomes… mais c’est mon éditeur, Michel Quintin, qui a préféré partir sur des romans en grand format et sur une trilogie (donc l’équivalent de 6 livres de poche, comme Zâa).

DLDA : Avec É-Den, vous vous adressez également à un nouveau public, moins jeune que pour vos deux précédentes séries. Qu’est-ce qui a motivé ce changement ?

E.T. : Je crois que ce n’est pas un choix prémédité, mais plutôt une évolution naturelle. Mes héros sont peut-être plus matures, c’est vrai (quoique Siméon n’a que 11 ans) mais mes lecteurs aussi ont grandi. Ceux qui ont aimé Luna, puis Zâa, seront ravis de faire la connaissance d’une héroïne plus âgée (16 ans). Ce qui donne l’impression de « moins jeune » je pense que c’est le monde dans lequel ils évoluent. Cette Terre sauvage, cruelle et dangereuse où l’homme est devenu un prédateur pour l’homme, ne fera aucun cadeau à mes héros… Certaines scènes ou certains thèmes peuvent être assez durs, voire violents, mais je fais toujours très attention à les traiter en respectant la sensibilité de mes lecteurs (même les plus jeunes).

DLDA : Enfin, une question sur vous-même : vos fans auront-ils bientôt l’occasion de venir à votre rencontre lors d’un salon ou d’un événement ?

E.T. : Oui, bien sûr ! Je serai au salon de littérature jeunesse de Fougères (35) le samedi 15 novembre et au salon de Montreuil (93) le mercredi 26 novembre, pour présenter le tome 2 d’É-Den, « La traque ».

DLDA : Un chaleureux merci pour avoir bien voulu répondre à nos questions et pour le grand plaisir de lecture que vous nous procurez à chaque fois que parait un de vos livres !

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Mayura Kl dit :

    Très chouette interview, très inspirante !! 😀

    J'aime

  2. entrelespages dit :

    Bonjour et merci pour cette interview ! Je la partage sur mon blog dans la catégorie Élodie Tirel sur demande de l’attachée de presse 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s